Passage à IPV6, résistance au changement ?

Depuis quelques années l’internet est en train de muter, sans que l’utilisateur de base s’en rende compte. Il est prévu de passer progressivement de la norme d’adressage IPV4 à IPV6. Là peut-être que j’ai déjà perdu mon lecteur. En fait, c’est assez simple à comprendre, tout ordinateur à une adresse, une sorte de numéro de téléphone pour l’identifier sur internet, c’est ce qu’on appelle l’adresse IP.

Qu’est ce que l’IPV4 ?

En 1983, l’internet naissant avait adopté la norme IPV4, les concepteur avait choisi des adresses codées sur 32 bits, comprises entre 1.0.0.0 et 127.255.255.255. Du coup, l’internet avait à disposition potentiellement 4 milliards d’adresses, de quoi largement voir venir… Sauf que les concepteurs de l’internet n’avait pas prévu le formidable succès de leur création, ni le changement de paradigme de l’informatique : le passage d’un ordinateur par entreprise à plusieurs ordinateurs par individu… Vous comprendrez alors que 4 milliards c’est largement insuffisant pour couvrir les besoins du développement de l’internet.

La pénurie d’adresse internet IPV4

Aujourd’hui le monde est en rupture d’adresse IP. Le 3 février 2011, l’IANA a annoncé que les cinq derniers blocs /8 libres ont été attribués aux cinq registres Internet régionaux (RIR). Il en reste un petit peu en stock en Europe, mais c’est la rupture en Asie et aux États Unis. Pour le moment ce n’est pas une catastrophe, quelques détournement techniques tel que le NAT, déjà utilisée dans les réseaux locaux, permettent de pallier à cette pénurie. Néanmoins cette pénurie va vite se faire sentir, et si vous pouvez conserver votre adresse en IPV4, tous les nouveaux entrants de l’internet risquent d’avoir des problèmes à terme. C’est pourquoi il y a quelques années, les instances de l’internet avaient prévues de déployer une nouvelle norme l’IPV6

Qu’est ce que l’IPV6 ?

Il s’agit de coder les adresses IP sur 128 bits, soit 3,4×1038 adresses disponibles… une quantité difficile à concevoir. Elle correspond à 667 millions de milliards d’adresses IP disponibles par mm2 de la surface de la Terre… bref une infinité d’adresse IP. Avec ce système on passe à des adresses qui par exemple ont la forme suivante : 2a01:mac1:2e18:5587:5add:35ff:fe72:a70e. Ce système n’est pas nouveau, il a été été finalisé par l’IETF en décembre 1998 dans la RFC 2460.

Alors pourquoi en 2012, IPV6 n’est toujours pas massivement déployée ?

Revenons sur les stratégie de déploiement. A l’origine IPV6 devait être déployée progressivement avant que internet n’épuisent les adresses IPV4. Il fallait mettre à jour les routeurs, c’est à dire le matériel, qui traitaient des blocs fixes de données afin acceptent des blocs de 128 bits. C’est chose faite aujourd’hui. Reste le problèmes des logiciels. Les principes de routage entre l’IP4 et l’IPV6 ne changent pas. Les problèmes viennent principalement du fait que certains programmes utilisent les adresses IP plutôt que les noms de domaine pour fonctionner. Du coup, si la structures des adresses changent, le programme plante. Pour les systèmes d’exploitation les plus récents et les logiciels libres les plus connus, pas de problèmes, les modifications ont été faites. Pour les autres, logiciels commerciaux et utilitaires, développements sur mesure, c’est très variable. Les administrateurs réseaux doivent donc examiner attentivement les solutions utilisées avant de passer à IPV6, ce qui prend du temps, donc engendre des coûts.

Le principal frein vient de là, pourquoi changer de système, puisque à court terme, il y a aucun gain en terme d’utilisation ? On est dans un dilemme du prisonnier classique. Pour que cela fonctionne et qu’il y ait un gain collectif, tout le monde doit s’y mettre. Si je suis le seul à changer, j’ai dépensé du temps et de l’argent pour rien. C’est ce qui fait que alors qu’on devrait d’après les plans initiaux avoir en 2012 une cohabitation des adresses IPV4 et IPV6 dans l’ensemble du réseau, on en est seulement à passer à IPV6 de manière très locale alors que les adresses IPV4 sont épuisées.

Certains acteurs comme Free et OVH ont été des précurseurs en France. Free y avait intérêt car une partie de ses clients sont des passionnés de l’informatique qui veulent être à la pointe de l’innovation. Les autres opérateurs internet, Orange, SFR  et Bouygues n’ont toujours pas adoptées l’IPV6. Il faut aussi noter que pour le moment, qu’aucun système d’exploitation de téléphone portable ne sait gérer l’IPV6, alors même que les smartphone constituent une part de plus importante du trafic internet.

De plus le passage à l’IPV6 comporte une dimension politique. En effet, l’IPV6 facilite la communication directe de pair à pair et même le développement de nouveaux services. Plus besoin de développer des solutions couteuses pour contourner le NAT. Cette facilité n’est pas du goût des acteurs déjà en place et des senseurs qui souhaitent, comme l’a déjà amorcée la loi HADOPI, limiter les possibilités d’échanges directs. A terme, une telle attitude risque de limiter l’innovation.

Une similitude avec l’écologie ?

En fait, je trouve que cette histoire à une similitude avec la catastrophe annoncée du réchauffement climatique. L’internet comme la terre, constitue un bien commun, dans lequel s’exprime des intérêts particulier qui ont un impact sur le système global. Les égoïsmes des individus et des organisations, ainsi que la complexité de la société, rendent quasiment impossible un changement concerté, alors même que le diagnostique est fait et que les solutions peuvent être trouvées.

Jusqu’où faudra t’il aller dans la catastrophe pour que le collectif reprenne le pas sur l’individualisme ? Du côté de internet, le problème n’est pas résolu, l’utilisation massive des système NAT, NAT44, NAT444, NAT464… risquent de retarder le passage à l’IPV6 et donc de perturber le fonctionnement de l’internet pendant de nombreuses années.

3 Replies to “Passage à IPV6, résistance au changement ?”

  1. John HibigoudeNo Gravatar

    1) IPv6 est disponibles chez SFR depuis un an sur le fixe (la preuve je m’en sers). Un coup de google “sfr ipv6″…
    2) La plupart des OS de smartphone gèrent l’IPv6 (à commencer par l’iPhone). Ce qui ne marche pas, c’est IPv6 sur la partie cellulaire (2G/3G), il faut donc se mettre en WiFi pour avoir l’IPv6. La balle est dans le camp des opérateurs pour déployer IPv6 sur leur réseau mobile.

    Point de vue personnel avec lequel on peut être d’accord ou pas:
    IPv6 est en train de se déployer tranquillement. Aujourd’hui, il n’y a pas de site accessible uniquement en IPv6. Quand il y en aura (parce que les hébergeurs seront à sec d’IPv4), la bascule ira très vite ! En l’espèce, c’est le dilemme du prisonnier, mais avec le plafond de la prison qui est en train de descendre…

    Point de vue encore plus personnel: et ce sera pareil pour le réchauffement climatique. Le problème est que le “diagnostic” n’est pas suffisamment convaincant (je parle des conséquences économiques, pas de la réalité du changement) pour emporter l’adhésion des acteurs susceptible de faire quelque chose. Quand les investisseurs de Miami auront les pieds dans l’eau au 3ème étage, ils se bougeront…

  2. Laurent ToutainNo Gravatar

    Bonjour,

    L’argument P2P HADOPI est fallacieux. En IPv4 une appli P2P est NATée vers une adresse publique. En IPv6, il y aura certe une adresse par équipement mais le prefixe sera commun à toutes les machines. En fait on pourra dire si c’est le PC du salon ou celui du fiston 🙂 Des solutions basées sur une prolongation artificielle d’IPv4 avec CGN où une même adresse IPv4 serait partagée entre plusieurs opérateurs compliquerait elle le travail de l’HADOPI.

    Laurent

  3. Jean-Marc DENISNo Gravatar

    Bonsoir,

    un autre frein à l’utilisation, ou plutôt à la mémorisation del’IPV6 est du à sa structure.
    Mémoriser, 10.143.20.10 ou 192.168.112.23 ok , mais mémoriser 2a01:mac1:2e18:5587:5add:35ff:fe72:a70e, pas facile !!!, a moins que l’on ai plus besoin de mémoriser une adresse IP pour quoi que ce soit.

    JMD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.