Le makestorming, une méthode pour stimuler la créativité organisationnelle

o-livreLe makestorming, l’art d’hacker l’organisation, se propose de changer la culture d’entreprise pour remettre la collaboration, l’action et la joie de bien faire au cœur de son « système d’exploitation ». La figure du hacker, traditionnellement associé à celle du pirate informatique, est ici généralisée de façon positive à l’intrapreneur qui souhaite changer les choses de l’intérieur. L’approche mise au point par les auteurs permet d’intégrer petit à petit la culture de travail qui fait le succès des start-up, avec des projets en mode sprint et des pratiques collaboratives efficaces. Elle combine le meilleur des méthodes agiles, du design, du digital, des makers et propose des cas pratiques, des conseils concrets et des fiches d’exercices pratiques, canevas de hack et infographies pour passer à l’action. La notion de sprint, basée sur l’action et « le faire », est au centre de leur démarche. Un sprint concentre toutes les parties prenantes d’un projet sur un même lieu et sur un temps court afin de travailler ensemble, de manière créative, et dans une ambiance joyeuse et amusantes, sur des solutions à mettre en place rapidement. En droite ligne du paradigme des entreprises libérées, le livre propose plutôt de changer l’entreprise en partant de la base et non des dirigeants. A la fois manifeste et outils d’action, Makestorming, le guide du corporate hacking est au final un livre rafraichissant, bien illustré et bien outillé, et fondamentalement optimiste, qui donne envie de passer à l’action pour développer la créativité de son organisation.

Lire la suite →

Ouvrir ou ne pas ouvrir le business model : telle est la question dans le jeu vidéo

jeu video ipad

Vous êtes peut-être des joueurs. En fait tout le monde aime jouer, même les adultes. La forte progression des jeux facebook et des jeux massivement multijoueurs illustre bien l’engouement pour le jeu vidéo. Si ce marché est attirant, la vie d’un producteur de jeu vidéo en ligne n’est pas pour autant un long fleuve tranquille. Prenons l’exemple d’un producteur de type PME innovante, comme il en existe beaucoup dans cette industrie. Pour gérer son activité au quotidien, l’entreprise peut d’abord compter sur ses ressources propres. Il s’agit alors de créer de la valeur en produisant des jeux originaux. Il s’agit aussi de proposer de la valeur aux consommateurs, en diffusant ses jeux au bon endroit sur le web, auprès des joueurs susceptibles de les acquérir. Enfin, il s’agit de capter de la valeur en vendant son jeu sous forme par exemple d’abonnement afin de couvrir les frais de développement et de commercialisation. Ces objectifs de création, proposition et capture de valeur forment le business model du producteur.

Lire la suite →

Peut-on ubériser une boulangerie ?

SAMSUNG CSC

Les réussites récentes de Blablacar, Airbnb et Uber interrogent l’économie “classique” et on peut se poser la question s’il est possible de transformer une activité existante afin de l’adosser à une plateforme multiface. En effet, la majorité des acteurs de cette nouvelle économie se basent sur une plateforme numérique qui met en relation des groupes d’utilisateurs complémentaires qui s’apportent mutuellement de la valeur et ce sont en général de nouvelles entreprises qui ont bénéficié de levers de fonds conséquentes. Il n’est donc pas simple pour une activité traditionnelle de transformer son modèle d’affaires, de trouver de nouveaux financements pour développer ce type de plateforme numérique et de concevoir un modèle d’affaires qui identifie dans son cœur d’activité des groupes complémentaires en termes de création de valeur.

Lire la suite →

Innovation et numérique : des opportunités et des défis

File 20170919 22626 56rcdf

Pierre-Jean Barlatier, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST)

Cet article est publié dans le cadre de la vitrine inaugurale de la Revue française de gestion, « Innovation et numérique : quelles implications managériales ? » qui se tiendra le 27 septembre 2017 au château de Wiltz (Luxembourg) de 18h30 à 20h. En partenariat avec le Luxembourg Institute of Science and Technology, et The Conversation France, cet événement est organisé à l’occasion de la diplomation de DBA (Doctorate in Business Administration) du Business Science Institute, dont les jurys regroupent une trentaine de professeurs de sciences du management pour 17 soutenances de thèses de DBA de doctorants-managers. Inscriptions en cliquant ici.


Qui n’a pas entendu parler de la transformation numérique et de ses effets sur la vie économique et sociale ? Au-delà des contributions des nouvelles technologies numériques en matière de communication, cette mutation révèle un potentiel sans précédent en termes d’innovation en générant de nouvelles manières de créer (co-conception), de financer (crowdfunding), de s’organiser (virtualisation), et de capturer de la valeur (nouveaux modèles d’affaires…). Pour autant, ce potentiel est encore difficile à appréhender et à contrôler pour la majorité des entreprises qui avancent encore à tâtons dans ce nouveau monde numérique.

Lire la suite →

Gérer l’innovation continue avec une communauté d’utilisateurs : le cas du jeu Trackmania

Cet article étudie la manière dont une entreprise peut se baser sur sa communauté de clients pour innover au travers l’étude de cas du producteur de jeu vidéo Nadeo. Le producteur utilise une boîte à outils d’utilisateurs pour l’innovation qui permet aux joueurs de Trackmania, de créer des contenus et de mettre en place des innovations d’usages dans et autour du jeu.

Nadeo met en place plusieurs modalités de gestion qui provoquent un alignement entre les intérêts de la communauté et de l’organisation, développant ainsi sur le long terme la créativité des utilisateurs dans un processus d’innovation ouverte. Nadeo gère l’ouverture de son processus d’innovation en fournissant des outils de création, en ouvrant partiellement ses ressources graphiques, ce qui a pour effet de donner la possibilité aux utilisateurs d’utiliser leur créativité pour améliorer Trackmania.

trackmania2-screenshot1

Lire la suite →

Comment innover avec une communauté de marque

L’innovation avec une communauté de marque est complexe

Aujourd’hui les utilisateurs représentent une source importante de nouvelles idées de produits et services. La révolution numérique a facilité les connexions entre les utilisateurs qui ont un intérêt en commun au sein de forums, blogs et réseaux sociaux. Ils se regroupent quelquefois en communauté de marque pour échanger des informations et partager leur expérience sur l’utilisation d’un produit. Une communauté de marque est un espace de relations sociales dans lequel les utilisateurs partagent leurs passions, leurs pratiques et leurs difficultés. La densité et le nombre de relations sociales établies dans ces communautés et entre l’entreprise et la communauté de marque facilitent l’engagement de l’utilisateur, la dissémination de connaissance et l’attachement à la marque. Pour une entreprise, la collaboration avec une communauté de marque semble être une solution intéressante pour intégrer les idées d’utilisateurs dans le processus d’innovation. Toutefois, l’innovation avec une communauté de marque reste un défi parce que c’est difficile d’engager les utilisateurs dans une communauté active et de générer des contributions de valeur. Pour innover avec une communauté de marque, l’entreprise ne peut simplement espérer que les idées vont émerger naturellement de la communauté. Elle doit plutôt construire un espace de co-création qui supporte les activités d’innovation au sein de la communauté, transformant ainsi la communauté en communauté de marque innovante.

Télécharger l’article publié dans Journal of Enginnering and Technology Management

 

 

Pour résoudre ce problème, je propose six mécanismes qui permettent de construire une communauté de marque innovante.

Les mécanismes d'innovation avec une communauté de marque

 

Lire la suite →

La créativité organisationnelle : conférence à l’Open Lab Exploration

Je suis intervenu le 5 octobre à l’Open Lab Exploration, animé par Pascal Lièvre, sur le sujet de la créativité organisationnelle. La créativité est très souvent abordée sous l’angle individuelle ou du groupe, mais elle est aussi un enjeu majeur pour l’organisation. Notamment la créativité est un prérequis indispensable à l’innovation au niveau organisationnel. Toutefois les modes de management et le design organisationnel utilisés le plus souvent dans les organisation ne sont pas favorable au développement de la créativité des collaborateurs. Je présente dans cette vidéo le concept de capacité créative d’une organisation, une capacité organisationnelle, qui aura de plus en plus d’importance dans l’économie grandissante de la connaissance et des idées.

De John Nash à Jean Tirole: le réseau comme source de performance

Le samedi 23 mai 2015, John Nash et sa femme Alicia sont morts dans un accident de voiture, a l’âge de 86 ans et  82 ans. A la suite de l’excellent film sur sa vie, Un homme d’exception (A Beautiful Mind), le grand public retiendra surtout la lutte d’un homme confronté à la schizophrénie. Toutefois John Nash est un mathématicien de génie, prix Nobel d’économie en 1994 et prix Abel en 2015. Son accident est arrivé lorsqu’il rentrait  tout juste de l’aéroport après avoir reçu ce prix prestigieux en Norvège.

John_f_nash_20061102_2
John Nash (Photo Elke Wetzig – Elya)

Nash a établi l’équilibre de Nash dans la théorie des jeux lors de son doctorat à 21 ans. Il s’agissait alors d’une nouvelle branche des mathématiques issue des travaux de John von Neumann et Oskar Morgenstern publiés en 1944 dans l’ouvrage : Theory of Games and Economic Behavior (Théorie des jeux et du comportement économique). La théorie des jeux est un ensemble d’outils pour analyser les situations dans lesquelles l’action optimale pour un agent dépend des anticipations qu’il forme sur la décision d’un autre agent. Elle permet de résoudre des problèmes délicats tant en stratégie, qu’en économie et politique et elle a été fréquemment mise à contribution par la suite. Le prix Nobel d’économie a été décerné tardivement en 1994 à John Nash pour son travail de 1950 sur la théorie des jeux. Toutefois, la majorité des mathématiciens s’accordaient à dire que les contributions de John Nash en mathématique étaient bien plus importantes, en particulier en géométrie différentielle et dans le cadre de la théorie des équations aux dérivées partielles, le prix Abel venant ainsi reconnaître ces apports majeurs en mathématique.

Lire la suite →

Idenergie, saison 9

Idenergie, le premier accélérateur de startups créé en France en 2007, revient pour une nouvelle saison avec toujours plus d’innovations ! Idenergie propose d’analyser avec les porteurs de projet les questions fondamentales liées au lancement d’une entreprise, de façon pragmatique et efficace. Les participants bénéficient d’une équipe dédiée, composée d’entrepreneurs mentors et d’experts pour travailler sur leur projet. Ils utilisent les méthodes et les outils les plus en vogue pour réussir leur startup (Business Model Canvas, Lean startup, design thinking, test de personnalité d’entrepreneur, Empathy map, pitch training, …).

logo-idenergie-2015-moyen-png

 

 

 

L’accélérateur procède en trois étapes :

Etape 1 : exploration de l’idée avec des mentors pour booster, tester et affiner l’idée (de mars à juin)

Etape 2 : construction du projet pour prototyper le produit, trouver un business model à l’innovation et définir un plan d’action (de juillet à novembre)

Etape 3 : lancement de la start-up avec l’incubateur LMT, des prix allant jusqu’à 20 K€ et l’accès à un réseau international présent dans 25 pays.

Lire la suite →